Zoom sur le sirop d’érable Vifranc

Initialement publié en janvier 2019

Ce sirop d’érable là est un must, pardonnez cet anglicisme que même nos partenaires québécois s’efforcent d’éviter. Mais c’est la vérité : élaborée depuis quatre générations sur les contreforts des Appalaches par une famille pionnière de l’acériculture bio, la marque Vifranc s’impose comme une référence.

Le sirop d’érable n’est rien d’autre que la concentration de la sève d’érable, qui contient 4% de sucre. Il convient d’enlever l’eau par osmose et évaporation, soit 96% de la sève, pour obtenir ce délice. Attention, évitez l’industrie et choisissez le bio, voici pourquoi.

En bio, les acériculteurs gèrent les forêts en favorisant la biodiversité. Ils n’ajoutent pas de ces produits chimiques qui stimulent les arbres et augmentent de 25% la production de sève… Ils n’utilisent pas d’antimoussants de synthèse lors de l’évaporation, mais les remplacent par des huiles végétales.

Le sirop d’érable est nutritionnellement intéressant. Il contient beaucoup de sels minéraux et d’antioxydants. Mais il se doit surtout d’être bon ! Lâchez l’idée que plus il est clair, plus il est haut de gamme. Non, le « grade » d’un sirop est une affaire de choix, de goût, pas de qualité. C’est le respect du terroir et du travail bien fait qui permet l’excellence. Comme toujours.

 

J’en fais quoi ?

Le pouvoir sucrant du sirop d’érable est quasiment similaire à celui du sucre blanc. On peut donc le substituer à ce dernier dans certains cas, en tenant compte de son pouvoir humectant.

A la place du sucre

– Sur une tarte aux pommes ou dans une Tatin.
– Sur une salade de fruits, un yaourt, un flan nature.
– Pour napper des pancakes ou des crêpes.
– Dans du pain perdu, des muffins, des brownies

En version sucrée salée

– Dans une vinaigrette.
– En marinade pour une viande (poulet, canard, jambon), du tofu, du tempeh ou du seitan.

Pour lui-même

– Dans une mousse à l’érable.
– Dans une limonade à l’érable.
– Dans une tarte à l’érable.