Sève de bouleau et jus d’argousier

Initialement publié en novembre 2020

Prévenir l’hiver, accueillir le printemps

Cliché ? Totalement. Mais si juste et rassurant en même temps… Car c’est bien l’amour de la nature, de l’air vif des montagnes du Champsaur et des superpouvoirs des arbres qui est à l’origine de la vocation de Jean-Pierre Gayral, fondateur de l’entreprise du même nom. Bien sûr, on est en 1980. Apiculteur, JP Gayral se passionne pour les bienfaits des arbres et les traditions millénaires qui se rattachent à eux. Il choisit de prélever la quintessence de ceux qui s’épanouissent dans ses montagnes et s’attelle tout d’abord à la récolte des baies issues de l’argousier, qu’il transforme en un jus naturellement riche en vitamine C. Puis, il devient rapidement récoltant de sève de bouleau et honore chaque année le retour du printemps, déclencheur de cette “montée de lait” végétal, frais et translucide. En 2005, à l’heure de la retraite, JP Gayral transmet son entreprise à Bernard et Christine Reynier, cette dernière ayant longtemps été la comptable du premier… Transmission, reconversion, préservation : le savoir-faire artisanal mis en œuvre par Gayral-Reynier demeure inchangé depuis plus de trente ans.

Les produits que nous vous présentons aujourd’hui sont donc bio, artisanaux, saisonniers et en provenance des Hautes-Alpes. Ils sont mis en bouteille à Pont-du-Fossé, près de Gap, en bordure du Parc national des Écrins. Voilà qui n’est pas rien, car la qualité des sols est l’une des clés de la pureté de la sève de bouleau. Nu comme un ver, vide de son eau rendue à la terre durant l’automne, l’arbre pompe l’eau du sous-sol au printemps afin de nourrir ses bourgeons. La montée de sève ne stoppe que lorsque ces derniers commencent à fleurir. Elle peut ainsi atteindre 200 litres par jour ! À cette période (mars-avril), la pratique ancestrale consistant à en prélever 4 ou 5 litres – manuellement et de manière très précautionneuse – ne nuit pas au bouleau. Dans la Vallée du Champsaur, l’arbre gourmand en eau a élu le lit du Drac, affluent de l’Isère, comme terroir de prédilection. C’est donc parfois les pieds dans l’eau que la petite équipe de Gayral-Reynier procède quotidiennement à la récolte sur des parcelles situées à moins de 10 kilomètres de son atelier. Nous sommes à plus de 1 000 mètres d’altitude, dans une zone sauvage préservée. Récoltée le matin, la sève est conditionnée l’après-midi.

La sève de bouleau est un nectar des plus précieux. Beaucoup de littérature existe sur ses bienfaits : dépurative et assainissante pour la peau, elle est riche en minéraux (la silice notamment) et favorise l’élimination de l’acide urique, ce qui aide à lutter contre l’arthrite, l’arthrose ou encore les rhumatismes osseux. Elle peut être consommée toute l’année :

– Fraîche, au printemps. À partir de 2021, c’est la récolte Gayral-Reynier qui vous sera proposée en bib chez Satoriz pour la traditionnelle cure de printemps. Il n’existe pas de mots pour décrire le lien à la nature que chacun peut ressentir en laissant descendre la première gorgée de sève… À l’arrivée des beaux jours, elle permet de drainer les toxines de l’hiver hors de l’organisme. 1 bib de 2 litres représente 3 semaines de cure pour 1 personne.

– Pasteurisée, toute l’année. En fin de récolte, la sève qui n’a pas été fraîchement consommée est pasteurisée, mélangée avec un peu de jus d’argousier (qui fait office de conservateur naturel) et de jus de pomme (pour le goût), puis embouteillée. La pasteurisation ne nuit pas à sa richesse en minéraux. Consommé à l’automne et au début de l’hiver, ce mélange soulage les douleurs articulaires et fortifie l’organisme, notamment grâce à l’argousier. Oui, car…

Le jus d’argousier, particulièrement riche en vitamine C, est tout indiqué au moment des premiers frimas. L’argousier est une plante pionnière et tenace. Cet arbuste épineux originaire du Tibet peuple les sols les plus stériles, à condition d’être nourri de lumière. C’est dans les zones montagneuses que ses argouses présentent la teneur maximale en vitamines. L’argousier a migré naturellement dans les Alpes du Sud, où Gayral-Reynier le récolte manuellement pendant les mois de septembre et octobre sur des sites naturels et parfois bien difficiles d’accès, éloignés de toute source de pollution (comme les berges du Drac et de la Durance). Obtenu par première pression à froid, stérilisé et embouteillé pur, sans aucun sucre ajouté, le jus d’argousier est utilisé comme tonique naturel. Sa saveur très fruitée peut surprendre au premier abord, mais toute la famille gagne à en consommer ! Une cure préventive est conseillée au moment de la récolte, en septembre-octobre. 1 c. à soupe diluée dans de l’eau ou du jus de fruits, à prendre dans la matinée. Une seconde cure peut être suivie au cours de l’hiver. Un flacon de 200 ml représente 15 jours d’utilisation pour une personne.

La lotion capillaire à la sève de bouleau et aux extraits d’argousier offre au cuir chevelu les bienfaits assainissants de la sève de bouleau. Elle le tonifie, aide à lutter contre la chute des cheveux, les pellicules et les démangeaisons. Elle donne vigueur, brillance et souplesse à tous les types de cheveux. On l’utilise en massage, quotidiennement ou de temps en temps. Il n’est pas nécessaire de la rincer.

CC