Reprendre la terre aux machines – Manifeste pour une autonomie paysanne et alimentaire

Initialement publié en juillet 2021

de L’Atelier Paysan
Éditions du Seuil, 288 p.

Comme le précise le sous-titre, cet ouvrage est vraiment un manifeste, dans le sens politique du terme. L’Atelier Paysan (la plume est collective) élargit ici son champ habituel. L’élaboration et de la diffusion d’une technologie paysanne accessible, leur mission depuis douze ans (voir notre article sur satoriz.fr), devient dans cet ambitieux programme l’un des éléments de la reconquête : des machines certes, mais asservies aux besoins réels du paysan et pas l’inverse.

Le livre nous présente tout d’abord un état des lieux sans concessions de notre agriculture, en n’oubliant d’évoquer aucun des aspects de la catastrophe : destruction de l’environnement, détresse des agriculteurs, impunité des lobbys industriels et syndicaux, alimentation dégradée… Le constat est là : restent aujourd’hui en France plus ou moins 400 000 paysans, bientôt 200 000 « entrepreneurs » pour une population pourtant majoritairement rurale au sortir de la guerre.

Pour ce collectif qui vit le terrain dans sa pratique quotidienne, ce ne sont pas les « alternatives », toutes honorables et nécessaires qu’elles soient, qui enrayeront cette tendance technocratique inéluctable. Si l’objectif est de proposer à l’ensemble de la population une alimentation saine, de rendre autonomie et dignité aux paysans, il faut maintenant aller plus loin, c’est-à-dire sortir de l’entre-soi du petit monde de la production et de la consommation bio. Dans sa partie centrale, l’ouvrage envisage alors les chemins à prendre par chacun pour cette reconquête, tout épineux qu’ils soient !

Ce livre est vraiment à mettre entre toutes les mains, tant son propos est innovant, fourni, sans tergiversations et n’hésitant pas à contredire des vérités confortables, mais plus à l’ordre du jour. Il nous rappelle que contrairement au catéchisme technocratique gestionnaire qu’on nous présente comme seule voie d’avenir, tout n’a pas été dit, ni écrit.

Alain Poulet