Les nutriments anti-âge

Initialement publié en août 2005

nutrimentsQue peut-on bien reprocher à un auteur qui termine son livre en conseillant de consommer du caviar ? D’avoir oublié le champagne, pardi !
À part ça, impeccable.

Et si vous connaissez une personne qui en connaît une autre qui pourrait être un jour confrontée à la fort improbable idée… d’avoir à vieillir, parlez-lui des « Nutriments anti-âge », un bouquin qui donne bien plus que son titre ne le laisse entendre : sous son accroche passe-partout et sa photo digne d’une publicité pour couches antifuites senior, c’est tout le processus du vieillissement et de ses conséquences qui est passé au crible. Avec pour perspective non pas l’immortalité – ce qui tombe bien, un tour de manège n’étant jamais devra en descendre – mais la qualité du temps qui passe, sans trop d’incidents, de pépins de santé.
Pour que tous les matins, nous puissions sereinement célébrer « le premier jour du reste de notre vie », comme dit Étienne.

Bon, y’a plein de tuyaux et pas vraiment de nouveautés qui décoiffent, vous vous en doutez. Encore moins qui recoiffent, d’ailleurs…
Mais l’intérêt majeur de ce livre réside en une qualité que le ton badin de cette chronique aura quelques difficultés à restituer : une grande rigueur. Car question gérontologie, l’auteur touche vraiment sa cannette et ne se contente pas de vanter pour la énième fois les vertus conjuguées de la gelée royale et de la joie de vivre. C’est du sérieux, du costaud, avec des infos que vous pourrez faire lire à votre médecin traitant sans avoir à vous cacher sous la table (ce qui serait pourtant bon signe quant à votre santé articulaire). Le tout restant dans la lignée d’un art de vivre que partagent tous les adeptes de la ritable santé : hygiène de vie, choix des aliments, compléments médications, en dernier recours.
Parmi ces médications, les substitutions hormonales, qui sont au passage largement expliquées et critiquées.

Seuls problèmes après lecture : on aurait tendance à vouloir préparer sa vieillesse dès le berceau… c’est trop tôt. Tout comme d’essayer chacun des compléments alimentaires préconisés ! Est-ce grave, Docteur ? Ne risque-t-on pas du coup de se forger un destin à la Elvis Presley, vomissant ses gélules dans son trépas à quarante deux ans ? C’est trop jeune…

Allez, une petite coupette pour saluer l’automne… Longue et belle vie à tous.

JM