Les graines de lin, versatiles et vertueuses

Initialement publié en avril 2014

Multiusages, déjà cultivées par les Egyptiens, recommandées dans les pharmacopées chinoise comme ayurvédique, les graines de lin font encore régulièrement parler d’elles. A juste titre ! Petit tour d’horizon des questions récurrentes à leur sujet.

Pourquoi en consommer ?

La vraie bonne raison, c’est que c’est bon ! Les graines de lin ont la saveur de leur famille d’appartenance, les graines oléagineuses. Elles évoquent de ce fait la rondeur des noix ou des noisettes. On les rencontre souvent pour la première fois dans des pains spéciaux, mêlées avec des graines de courge ou de tournesol. Elles sont très plébiscitées dans cette version torréfiée et gourmande. Côté santé aussi, bien sûr, elles ont tout bon. Crues, les graines de lin sont une source incontestée d’oméga-3, ces acides gras qui font tant défaut dans notre alimentation. Très riches en fibres solubles, elles aident à lutter contre la constipation. En outre, elles contiennent des phytoestrogènes (les lignanes) qui pourraient contrer certains effets de la ménopause. A la marge de ce beau tableau, une seule mise en garde : point trop n’en faut. 1 c. à soupe par jour suffit pour profiter des avantages sans souffrir d’aucun inconvénient (sur le système digestif notamment).

graines-lin

Lin brun ou lin doré ?

Il s’agit de deux variétés différentes. Pour les deux, nous sommes désormais heureux de pouvoir vous proposer des graines cultivées en France. Les deux variétés contiennent la même quantité de phytoestrogènes et d’oméga-3, mais les graines de lin brun sont plus riches en fibres. Leur goût est similaire.

Comment les utiliser ?

– Entières, crues ou cuites, elles agrémentent le pain, les gâteaux, les salades, les soupes ou les gratins. Une fois torréfiées au four ou à la poêle, elles sont encore plus savoureuses mais perdent alors une bonne partie de leurs bons acides gras… A réserver donc à un usage purement gourmand. Pour espérer assimiler de bons oméga-3, ce n’est pas entières qu’il faut les consommer, même si elles sont crues. Leur enveloppe étant trop résistante pour être dégradée par les enzymes digestives, elles sont en effet évacuées telles quelles dans les selles, sans que l’on profite de leurs atouts, et sont même à éviter en cas d’intestin irritable.

– Réduites en poudre, elles sont en revanche très bien assimilables et c’est comme cela qu’elles délivrent tout ce qu’elles ont à offrir. L’idéal est d’utiliser un mortier, un moulin à café ou à épices ; la plupart des mixeurs étant inefficaces pour en venir à bout. La mouture doit être consommée rapidement et conservée au réfrigérateur, car elle rancit vite. On ajoute cette “poudre de lin” aux céréales du petit-déjeuner, aux pâtes à gâteau, pain ou crêpes. On peut la mélanger à du sucre ou à des épices pour agrémenter les yaourts et les salades de fruits ou de crudités. L’idéal est de la cuire le moins possible, pour conserver intacts ses acides gras.

– Substitut des oeufs. Moulues et trempées, elles développent un pouvoir magique : une capacité à remplacer les oeufs dans de nombreuses recettes, notamment les gâteaux. Pour chaque oeuf à remplacer, mélanger 1 c. à soupe de graines de lin moulues et 3 d’eau froide, puis laisser reposer jusqu’à ce qu’un gel (le mucilage) se forme. On utilise ensuite ce gel comme un oeuf. A noter : l’astuce fonctionne très bien jusqu’à 3 oeufs à remplacer, puis elle atteint ses limites…

– En cataplasme (moulues), elles aident à guérir les inflammations cutanées et sont très efficaces contre la toux.

CC