L’argile, universelle

Initialement publié en avril 2014
argile

Fotolia

Il est des produits pour lesquels on peine à trouver un qualificatif. L’argile n’en fait pas partie, tant ceux qu’elle inspire sont nombreux ! Ancestrale, guérisseuse, bâtisseuse, nourrissante… De toute évidence, elle est par-dessus tout universelle et a révélé l’étendue de ses usages à travers les siècles et les peuples… Non sans conserver quelques mystères.

Pourquoi chercher à vous y intéresser aujourd’hui, alors qu’elle est partout, depuis toujours ? Simple curiosité, recherche d’une solution à un problème irrésolu, envie d’un retour à la terre ? Prenons mon exemple. Un problème à résoudre. Quelques tentatives pour y remédier mais sans succès. Le hasard des circonstances qui met sur mon chemin une personne de bon conseil. Et quelques minutes plus tard, me voilà telle une poterie en cours de façonnement, un membre de la tribu de la Vallée de l’Omo, un animal de la jungle heureux de se rouler dans la boue… C’est ainsi que l’argile m’a démontré ses capacités guérisseuses et nourricières, en douceur, et parce que c’était le bon moment. Elle est depuis devenue une alliée, une amie, un remède évident et quotidien. Gageons qu’elle le deviendra pour vous également.

 

Ancestrale

Avant d’être le contenu d’un tube vert-hôpital (on dit aussi “vert argile”…), l’argile est d’abord une roche terreuse. Le terme désigne également par extension la glaise ou la boue qui en résulte lorsqu’on y ajoute de l’eau (on l’appelle aussi terre-argile). Depuis la nuit des temps, son utilisation est instinctive chez les animaux de la brousse, qui s’y roulent pour soulager leurs blessures, enrayer un empoisonnement ou se protéger des insectes. Ils s’en nourrissent, y puisent des forces, en donnent à leurs petits pour les aider à grandir. L’argile leur est naturelle et essentielle.

Prévention, remède, nourriture : les peuples ancestraux, proches de la nature, n’ont eu qu’à observer le comportement animalier pour faire de l’argile un élément clé de leur pharmacopée et de leur alimentation. Disponible à tous, depuis toujours et sur tous les continents, à la fois purifiante et nourrissante, l’argile a ainsi été utilisée pour guérir les maux et combler les carences. Agrémentée de beurre et de sel puis séchée, elle donne des galettes rassasiantes et riches en minéraux… et non de vulgaires plâtrées de boue visant à tromper la faim, comme on a pu le lire dans les récits accompagnant des photos du peuple d’Haïti après le tremblement de terre de 2010. La terre nourricière, présente dans les traditions des peuples du monde entier, n’avait jamais aussi bien porté son qualificatif. Le caractère incontournable de l’argile s’exprime jusque dans le bâti, la production d’objets en céramique, la porcelaine ou encore les marques qui ornent les visages des peuples qui en ont fait leur alliée. De nos jours, elle est discrète mais pourtant bien présente dans de nombreux médicaments, remèdes, produits cosmétiques et d’hygiène. Sa réputation la précède chez les guérisseurs de toutes obédiences, y compris en médecine conventionnelle. Sous un vocable “scientisé”, elle est employée par l’industrie pharmaceutique depuis les années 1950 dans le traitement des affections intestinales.

 

Vertueuse

dessinargile1On sait aujourd’hui que son incroyable richesse en minéraux et oligoéléments la rend particulièrement précieuse. Elle contient une dose non négligeable de silicium, puissant reminéralisant et anti-inflammatoire. Autre élément clé : son affinité avec les liquides. L’argile absorbe l’eau et les huiles végétales pour se faire tour à tour pâte à modeler, masque pour la peau ou les cheveux, cataplasme…

Cette capacité d’absorption ne doit pas être confondue avec un autre processus que permet l’argile, celui d’adsorption. Un “d” remplace le “b” pour qualifier un phénomène de captation d’ions ou de molécules qui engendre un changement dans la structure de l’élément avec lequel l’argile est en contact prolongé. Il y a probablement un peu de magie là-dedans, et plein de super pouvoirs : l’argile ôte les échardes, évacue les bactéries d’une blessure ou de l’intérieur du système digestif, débarrasse les cheveux d’une coloration chimique, libère des ballonnements, évacue les mauvaises odeurs, etc. Certaines cosmogonies en font même l’origine du monde. Mystère et boule d’argile…

 

Guérisseuse

L’argile agit avec discernement pour traiter le mal sans endommager le reste. Elle va aussi au-delà de la simple guérison en stimulant l’organisme pour améliorer son fonctionnement. Elle purifie, évacue les toxines, nourrit. Absorption, adsorption, nutrition, stimulation : en faisant le tour de cette boucle vertueuse, on a une vraie compréhension de son fonctionnement.

Bien entendu, l’argile ne guérit pas tout… mais un paquet de choses tout de même ! Elle soigne aussi bien des maux de la sphère digestive (ballonnements, diarrhées…) que dermatologique (abcès, acné, varice…) ou rhumatologique. Elle intervient dans le traitement des plaies, des brûlures et des contusions de toutes sortes. Elle fait en outre office de traitement d’appoint dans l’accompagnement des traitements anti-cancers, de l’anémie, de l’ostéoporose ou encore de l’arthrite.

Lister l’ensemble des maux que soigne l’argile serait beaucoup trop ambitieux sur ces quelques pages, d’autant qu’il existe de très bons livres pour cela, avec de multiples entrées et tous les détails nécessaires à sa bonne utilisation .

 

Embellissante

dessinargile2Rayon beauté, quantité de produits (laits, shampoings, dentifrices…) affichent l’argile dans leur liste de composants, témoignant de son caractère incontournable. Le ghassoul, variété d’argile marocaine, est couramment utilisée dans les rituels de beauté au Maghreb et ailleurs pour améliorer la santé de la peau et des cheveux sous forme de bains, masques ou poudrage. Quant à la fangothérapie (traitement par les boues chaudes), elle est chez nous peu instinctive, pas toujours ragoutante, mais néanmoins courante dans les centres de thalasso – la référence aux bains de boue animaux est à la fois évidente et amusante !

Le caractère ancestral de l’argile s’affiche clairement en opposition à la tentation cosmétique du moment, soit la création continue de nouveaux produits répondant à de nouveaux besoins. Retenons donc l’essentiel : que ce soit pour la peau, les cheveux ou les dents, l’argile purifie, soigne les imperfections, redonne de l’éclat, de la vigueur ou de la fermeté. Elle est aussi polyvalente que le bicarbonate de sodium – autre produit miracle et universel – et mérite une place de choix dans nos rituels de beauté quotidiens. Pour qui aime réaliser ses propres cosmétiques, l’argile, acoquinée d’huiles végétales, d’eaux florales ou d’huiles essentielles, sera la base de nombreux soins maison. Pour les autres, un simple paquet de poudre ou de pâte d’argile prête à l’emploi sera bienvenu pour une utilisation “pure”, en masques ou en bains.

 

Plurielle

Il existe plusieurs types d’argile, chacun portant le nom de sa roche d’origine. Les trois variétés les plus commercialisées sont :

– la montmorillonite, la plus riche en minéraux et celle qui a le plus fort pouvoir adsorbant (idéale en cas d’abcès, plaies, échardes, et dans une optique de reminéralisation).
– l’illite, très polyvalente, est la plus absorbante (tout indiquée pour les tendinites, varices…).
– la kaolinite, argile blanche, est la plus neutre. La montmorillonite comme l’illite ont leur propre palette de couleurs, du jaune au vert en passant par le rouge ou le rose.

Côté peau, on recense principalement trois variétés d’argile désignées par leur couleur. Elles ont chacune une teneur spécifique en certains minéraux (silice, magnésium, calcium, aluminium et fer pour les principaux). Pour faire son choix, il importe simplement de réfléchir à l’utilisation qu’on en aura, en sachant qu’il sera forcément fait bon usage d’un tube d’argile verte prête à l’emploi.

– Argile verte : polyvalente, elle est recommandée pour les peaux normales et grasses car elle absorbe les excès de sébum. C’est la plus commercialisée.
– Argile jaune : plutôt pour les peaux sèches, elle est tonifiante et oxygène les cellules.
– Argile rose : idéale pour les peaux sensibles et réactives, elle est adoucissante et redonne de l’éclat.

 

En pratique

dessinargile3Celle que nous vous proposons à la marque Cattier est séchée au soleil selon un protocole qui lui permet de conserver intactes toutes ses propriétés. Elle existe sous forme de poudre ou en tube (prête à l’emploi). Son usage peut être externe comme interne.

Usages externes

– La pâte d’argile : achetée en tube ou préparée “maison” avec de la poudre et de l’eau, elle autorise un usage rapide. Aphtes, boutons, écorchures… seront soignés par une application prolongée. Elle est recommandée pour les masques visage ou capillaire.

– Le cataplasme : il s’agit de pâte d’argile appliquée de manière épaisse à un endroit clé (foulure, brûlure…) et protégée par un linge fin.

– Le bain d’argile : l’argile est délayée dans une bassine avec une grande quantité d’eau. On a recours à ce procédé pour soigner des articulations douloureuses des mains, par exemple. On peut également prendre de véritables bains d’argiles, mais mieux vaut placer l’argile dans un gant de toilette pour éviter de boucher les canalisations…

Usages internes

– Le bain de bouche : un peu d’argile diluée dans un verre d’eau pour la santé des gencives et des dents. Il existe également des dentifrices à l’argile.

– L’eau et le “lait” d’argile : il s’agit d’un mélange d’argile et d’eau ou de lait destiné à un usage interne. On dilue, on laisse reposer plusieurs heures et on boit le liquide qui surnage. Certains auteurs préconisent un usage modéré, ou même de s’abstenir, en cas de grossesse, allaitement, ou encore interaction médicamenteuse.

Usage vétérinaire

Il tombe sous le sens, au vu de nos propos introductifs… et apporte un grand soulagement à de nombreux maux animaux.

Précautions d’usage

L’argile a très peu d’effets indésirables. Prenez soin cependant de respecter quelques précautions simples :

– ne pas utiliser de cuillères ou de récipients en métal, car celui-ci interagit avec les ions de l’argile et en modifie les propriétés. Préférer le bois ou le verre.
– ne pas laisser sécher l’argile sur la peau et ôter en cas de tiraillements.
– éviter de laisser partir l’argile dans les canalisations sous peine de les boucher…
– se référer à la littérature sur le sujet, et ne pas hésiter à demander conseil à un spécialiste.

Qui n’a jamais tenté l’expérience du masque d’argile sur le visage, le corps et les cheveux passe peut-être à côté d’une expérience, si ce n’est transcendante, en tout cas bienfaitrice… et amusante. Celle du retour à la terre !

CC