La potion du Dragon

Initialement publié en septembre 1999

Tonique spécial enfants et adolescents

Ne l’achetez pas ! (acte d’abnégation commerciale exemplaire…)

potiondragonAttention : on ne vous a pas dit de la voler, non plus… Ce qu’on veut vous signifier, c’est que si votre enfant est bien nourri, qu’il mange à des heures régulières, dans une bonne ambiance, qu’il prend l’air et qu’il dort bien, il n’a certainement besoin de rien : pas de compléments alimentaires, de fortifiants, ni même de potion du dragon. Circulez, il n’y a rien à voir !
S’il a tendance à fréquenter les fast-food, à sauter le petit déjeuner pour dormir une demi-heure de plus, s’il fait “beurk” à chaque fois que vous lui présentez des légumes et “mouais” quand vous amenez le raisin, cela mérite une taloche réflexion…
Poussons-là un peu, cette réflexion. Et voyons du côté des mamans… Car le complément alimentaire existe autant pour aider l’enfant que pour rassurer sa génitrice. Celle qui veut être sûre qu’elle participe encore à la croissance de son petit, et qu’une petite cuillère sucrée le soir le maintiendra sous son aile protectrice… La douce ambiguïté de cet acte d’amour tellement féminin : qu’il ne manque de rien, mais qu’il lui reste juste une petite dépendance… Ajouté au plaisir de parfumer une enfance, d’ancrer une saveur qu’il n’oubliera pas et qui sera pour toujours la marque de sa maman…
La potion du dragon, c’est tout cela : plaisir et nécessité, bonbon et médicament, superflu et indispensable, technique et naturel. Magique comme la potion, méphistophélique en diable, diablotin en culotte courte !
C’est très bien fait, ça a le goût de l’enfance et le sérieux d’un monde exigeant, et vous avez gagné le droit d’y succomber…

A base de jus de fruits, de miel, de propolis et d’acérola.

JM