Compléments alimentaires, soins naturels : les choix de Satoriz. Premier volet, les plantes

Initialement publié en juillet 2014

Des compléments ?

complements1C’est un bien vaste choix qui est proposé aux personnes qui souhaitent une “aide à la santé” naturelle adaptée à leurs besoins, que ce soit de manière ponctuelle ou régulière : plantes, produits de la ruche, micro-algues, extraits plus ou moins concentrés et de toutes sortes, préparations sous forme de flacons, d’ampoules ou de gélules… Une très grande quantité de produits dits “naturels” est en effet disponible tant dans les officines et magasins spécialisés que sur Internet. On les appellera “remèdes” ou “soins naturels” lorsqu’il s’agit clairement de soigner sans recours à des molécules de synthèse, mais c’est plus généralement le terme de “compléments alimentaires” qui est utilisé, pour plusieurs raisons : par commodité tout d’abord, puisqu’on ne dispose pas de terminologie plus adaptée pour regrouper un ensemble de produits aussi divers.Par stratégie aussi, car il s’agit parfois de contourner l’impossible référence à une médication, propriété du conseil de l’Ordre des médecins et de l’industrie pharmaceutique. Par méthode enfin, parce que beaucoup de ces produits sont à comprendre dans une vision de la santé différente de celle qui nous domine actuellement. Il s’agit de s’efforcer de dépasser la simple volonté de “gommer” les symptômes dérangeants en essayant de les comprendre, et de resituer les problèmes de santé dans un contexte qui intègre une causalité plus vaste que celle des trop incriminées menaces microbiennes ou de la fatalité génétique. Parmi elles, la rupture de l’équilibre alimentaire, qui peut être en partie corrigée par l’apport momentané d’aliments choisis ou de préparations naturelles, d’où la notion de “complément”.

Alors, ces compléments alimentaires et autres soins naturels, qu’est-ce qu’on en dit ? On ne s’essayera pas à un inventaire de l’offre existante. Le sujet est lié à la connaissance des nombreuses pharmacopées et pratiques ancestrales, et une vie ne suffirait pas à les répertorier, toutes techniques et civilisations confondues. On pourrait plus utilement conseiller le lecteur afin qu’il s’y retrouve au moment où il aura besoin d’une aide. Mais ce ne sera pas notre propos, l’incitation au soin relevant selon nous d’un conseil personnalisé, de lectures approfondies et “digérées”, de rencontres. L’objet de ce dossier en quatre volets sera d’expliquer nos choix, de présenter nos fournisseurs, de justifier une qualité, conformément à la vocation de Sat’info.

 

Que trouve-t-on dans nos rayons ?

Des dizaines de milliers de références sont disponibles dans le domaine des compléments alimentaires et soins naturels, et ce n’est pas une manière de parler. Beaucoup de magasins bio en retiennent une partie, pour une offre qui dépasse fréquemment le millier… quand même. Chez Satoriz, vous n’en trouverez pas plus de quelques centaines. Pourquoi ?

– Parce que nous faisons le tri. Parmi les propositions qui nous sont faites, il est nécessaire de faire la différence entre ce qui relève de la connaissance validée et de l’innovation forcée. Il n’est pas une semaine sans qu’on nous démarche pour distribuer une nouveauté, immédiatement relayée par la presse hebdomadaire et aussitôt massivement demandée en magasin. La facilité consisterait à les distribuer sans tarder, nous la refusons. Il nous semble préférable que le temps fasse son oeuvre et que les pharmacopées naturelles s’enrichissent par d’autres biais que le marketing et la publicité. Cela ne veut pas dire que l’innovation soit suspecte et que rien ne mérite de bouger ; mais le rôle de Satoriz n’est pas dans la course à la nouveauté, trop intimement liée à la surenchère commerciale. Une surenchère qui finit d’ailleurs par aboutir à une offre tellement large que même les professionnels peinent à la décrypter.

– Parce que nous ne distribuons pas de produits dits “de minceur”. Chacun aura compris que le contrôle du poids relève avant tout de la prise en charge personnelle, et que les aides qui peuvent ou doivent être apportées dans certains cas ne sont pas consommables. C’est par l’éducation, le conseil, le soutien, la connaissance de soi, la remise en cause, le plaisir de l’exercice, l’art bien compris de la table et d’autres éventuelles techniques d’apprentissage ou de réapprentissage que chacun s’orientera vers l’équilibre.

complements4– Dernier élément pour comprendre notre sélection, les garanties. Personne ne s’étonnera que les compléments alimentaires que nous choisissons soient certifiés bio. Personne ne s’en étonnera, et pourtant… Il s’agit là d’un critère qui peine à se généraliser, y compris dans les commerces spécialisés en alimentation bio. Cette garantie s’avère pourtant indispensable : des produits comme la gelée royale ou le ginseng sont chers, et donc particulièrement exposés aux dérives du productivisme qui les souillent et amoindrissent leurs
vertus. Entre autres réjouissances, on rappellera que d’autres préparations non bio sont extraites aux solvants pétrochimiques, souvent enrichies d’une liste d’adjuvants de synthèse longue comme le bras… Et l’on s’autorisera à rappeler le sens profond du bio, intimement lié à la vie, ce qui incite à une généralisation de cette garantie tous secteurs confondus.

 

Les plantes

Il est temps de vous présenter les fournisseurs en qui nous plaçons notre confiance. Ils ont une vraie connaissance de leur sujet, un solide savoir-faire, et des convictions.

Les plantes en sachet Altair

tisane-altairAltaïr sont de véritables spécialistes des plantes, qu’ils cultivent le plus souvent en biodynamie, au coeur de l’Auvergne ou dans le Périgord. Les lieux qu’ils ont choisis sont préservés et la visite de leurs jardins étonne : chaque parcelle est très soignée et recèle des plantes tantôt discrètes, tantôt séduisantes par leurs couleurs, leur beauté. Mais rien n’évoque la contrainte dans l’alignement, pas plus que l’excès d’ordre dans l’agencement, ni l’artifice dans la mise en valeur. Chez Altaïr, tout respire la vie et la sérénité. Rien d’étonnant quand on connait les personnalités d’Isabelle et Patrice Drai, à l’origine de la société dès 1982, spécialistes en plantes médicinales de formation scientifique pour l’une, autodidacte inspiré pour l’autre, unis dans leur passion en une symbiose qui fascine. Les plantes qu’ils cultivent bénéficient d’un soin amoureux. Celles qu’ils ne peuvent produire eux-mêmes pour des raisons géographiques et climatiques sont sélectionnées avec la même rigueur. Toutes sont présentées séchées en sommités entières, au plus près de leur vérité. En spécialiste de la phytothérapie, Altaïr optimise chaque étape, de la culture au séchage, pour une efficacité maximale. Ceux qui sont sensibles aux messages des plantes seront sans doute passionnés par la manière dont Isabelle et Patrice Drai les perçoivent, forts d’une vie passée à cultiver mais aussi à observer et à se mettre à l’écoute de leurs intuitions. Ils avaient généreusement confié une partie de leur savoir à Sat’info, quelques pages qui méritent d’être lues*.

* Altaïr, deuxième partie “Quelques pantes dans l’intimité”

Les infusettes Romon nature

Les plantes figurent parmi les premières sources de soins disponibles. Pour beaucoup, une utilisation en infusettes constitue l’usage le plus adapté à notre vie moderne. Encore faut-il être vigilant quant à ce qu’elles recèlent. Pas de précaution de principe dans cette affirmation, mais un constat : la majorité de l’offre en “tisanes“ provient des pays de l’Est ou du Maroc, quand bien même les marques sont françaises. Rares sont les exceptions à la règle, et Romon Nature en est la première. Un effort de soutien particulier aux filières de cultures d’herbes aromatiques provençales est en effet la raison d’être de cette marque, depuis presque trente ans. Personne ne s’y trompe ! C’est bien meilleur, et bien plus efficace. Avec Romon nature, on fait dans le qualitatif sélectif à orientation pragmatique de haute volée, au minimum ! Mais oubliez cette description hasardeuse : leurs produits sont faciles à comprendre, que vous souhaitiez mieux digérer, mieux dormir, mieux ce que vous voudrez, tant que vous restez raisonnables. Ou pas, tiens.

Les huiles essentielles Docteur Valnet

prod_climaromeC’est donc un médecin qui sert de caution à cette marque. Ce n’est pas de trop, et la référence n’est pas des moindres. Ce n’est pas de trop, parce que les huiles essentielles sont puissantes et que leur usage gagne à être validé par le corps médical. Et c’est justement le Docteur Valnet qui fut le premier à franchir le cap il y a une bonne cinquantaine d’années en donnant une légitimité scientifique sans faille à un art qui était déjà millénaire. Ce médecin, un temps militaire mais invariablement philanthrope, a commercialement cédé son nom contre l’engagement de respecter son savoir et ses orientations. Il s’agissait de rester fidèle à une qualité maximale et à un nombre de formulations limité, sans multiplier les préparations que réclame l’inévitable loi du marché. Et c’est bien le cas !

Ainsi les incontournables Climarome, élaboré pour aider à mieux respirer, Tégarome, pour soigner coups, égratignures et piqures, et autre Flexarome, contre les douleurs musculaires ou articulaires, sont-ils restés des standards de la médication familiale naturelle. On comprend d’autant mieux le look d’apothicaire qu’a adopté la marque et qui lui sied à merveille : il valorise un savoir séculaire, référence à une époque précédant la chimie, pour une population variée, bio ou pas, jeune ou non, croyante en ce qu’elle veut mais confiante en ce qu’on lui transmet : le meilleur de la connaissance aromathérapie, et son expression la plus noble dans le flacon.

Les élixirs et autres préparations Biofloral

Biofloral, tout est dans le nom, sauf l’orientation de la maison : elle s’inspire de pensées et pratiques qui ont marqué le millénaire précédent, celles de Hildegarde Von Bingen, Paracelse et Edward Bach. Rien qui soit réputé comme étant particulièrement moderne et scientifique, et c’est là toute la particularité et l’intérêt de la démarche. Pur rationaliste, passe ton chemin… Ou renseigne-toi, lis et éprouve ! Tu peux avoir des surprises.

biofloral

On citera trois gammes qui font avant tout la réputation de Biofloral, la première étant constituée des fameux élixirs floraux. Ces élixirs ont été mis au point au début du vingtième siècle par le Docteur Bach suite à une intuition, celle d’appliquer au domaine des émotions les principes qu’Hahnemann avait mis au point avec l’homéopathie. Trente-huit élixirs sont donc préparés à base de macération de différents pétales de fleurs, pour autant de profils émotionnels. Les fleurs, cueillies le matin, libèrent leur pouvoir sous l’action conjuguée de l’eau et du soleil. La conservation de cette macération se fait grâce à une faible dilution de Cognac bio, conformément aux préconisations du Docteur Bach.

complements2Une autre spécialité de Biofloral est la fabrication de boissons végétales concentrées. Certaines sont des créations, comme les élixirs des quatre saisons, d’autres reprennent des recettes séculaires. Ainsi le Vinaigre des quatre voleurs, réputés pour ses vertus antiseptiques, tonifiantes et son action favorable sur le système immunitaire. Plus connu, le fameux Elixir du Suédois, que Biofloral fut le premier à proposer avec l’exigence bio.

La maison s’est aussi fait connaître grâce à une préparation végétale, Ortie-silice, réponse aux fatigues musculaires, tendineuses ou articulaires, également bénéfique aux cheveux, aux ongles et à la peau, d’où sa déclinaison en cosmétique.

Biofloral utilise des plantes recueillies en plein coeur de l’Auvergne, là où se niche cette entreprise pas comme les autres. Elles sont travaillées avec une extrême rigueur, avec d’autres connaissances et d’autres logiques que celles de la phytothérapie classique. Les plus ouverts et les moins formatés y verront un tout.

Dans le prochain numéro de Sat’info, “Les choix de Satoriz, deuxième volet : les produits de la ruche”.

JM