Osez Joséphine !

Initialement publié en mai 2021

Lorsque Mary et Éric ont fondé Jay & Joy, leur si sympathique crémerie végétale parisienne, c’était dans le but de créer un produit qui permette à tous – vegans, intolérants au lactose, omnivores – de partager un plateau de fromages. Inclusivité, partage : mission accomplie avec leurs alternatives végétales aux fromages traditionnels. Comme Joy Prairie, un crémeux à tartiner à base de cajou et de tournesol, à l’ail et au poivre, que vous plébiscitez depuis plusieurs années. Il s’agit là de la recette historique, depuis rejointe par d’autres, dont Joséphine, que Satoriz est heureux d’accueillir depuis peu dans ses rayons.

Joséphine est une spécialité affinée à croûte fleurie. Elle est fabriquée à partir d’un lait d’amande et de cajou maison, puis moulée, fermentée et affinée deux semaines durant dans les caves de J & J. Sa belle robe blanche est obtenue grâce au même ferment que celui du brie et du camembert, mais en base végétale et non laitière. Mettre au point ce ferment vegan a demandé à J & J quelques mois de travail avec son producteur de ferments, mais c’est une fois de plus mission accomplie !

L’utilisation d’amandes en plus des noix de cajou rend Joséphine douce comme du velours. Sa croûte est fine et sa pâte reste moelleuse, avec des notes qui vont se renforcer au fil du temps. Conservez-la dans son papier d’origine pour lui éviter de sécher – à moins que vous ne préfériez les notes de noix qui se développeront en plaçant simplement Joséphine dans une boîte hermétique. Quoi qu’il en soit, il est conseillé de la conserver au réfrigérateur et de la sortir une demi-heure avant dégustation.

Joséphine est une star en tant que telle, mais rien n’empêche de la cuisiner. Gardez en tête qu’elle ne fondra pas comme un camembert, mais que rien n’empêche de l’ajouter en fin de cuisson sur une pizza, une tarte ou un gratin par exemple. Au cœur de boulettes végétales, dans des petits chaussons… Nul doute que vous trouverez l’écrin adapté à la belle Joséphine !

CC