Rangeons nos tomates, pour mieux les choisir

Initialement publié en juillet 2016

gazette-potagers-300x110

tomates7Comment s’y retrouver dans le fouillis que constitue l’offre tomate en magasin? Un désordre présent dans notre petit univers bio comme dans les galaxies de la grande distribution, ou sur les étals des marchés de village. Est-il  possible de choisir facilement “sa” tomate, d’éviter celle dont on ne veut pas entendre parler, bref, de ne plus prendre des vessies pour des lanternes ?

Et voici qu’une aide aussi providentielle qu’inattendue nous arrive des services de la DGCCRF*. Ils viennent en effet de concocter un référentiel sur le sujet, tout ce qu’il y a de plus sérieux, sans bla-bla ni fantaisie aucune, mais transparent et sans équivoque. Et obligatoire depuis hier bien entendu !

Aimant la loi lorsqu’elle va vers plus de justice, nous nous hâterons d’appliquer ces nouvelles règles qui, en classifiant et en déclinant les appellations, permettent de nommer les fruits selon leur nature, et de ne les appeler par leur petit nom que lorsqu’ils sont connus de façon précise. Regardez les ardoises sur nos bancs et vos tickets de caisse, c’est déjà fait ! Et les explications vont suivre…

Juste un petit détour auparavant, sur un sujet déjà évoqué par le passé** mais toujours aussi brûlant… Celui des choix variétaux que nous laissons toujours à l’arbitrage des maraîchers avec lesquels nous travaillons. Leur savoir de professionnels leur permet de nous proposer le meilleur. En clair, nous leur demandons de nous servir une qualité sanitaire bio irréprochable couplée à une valeur gustative réelle, sur les variétés qu’ils jugent les plus appropriées pour y parvenir. C’est ainsi que se caractérise, entre autres aspects, un travail en filière où chaque acteur trouve appui dans les compétences de l’autre pour aboutir à la satisfaction de tous.

tomates-etiquettes

Examinons donc cette nouvelle grille !

Les fruits y sont définis en premier lieu par leur nature, soit :
– tomates ou tomates en grappe (facile !)

Ensuite doit venir le type commercial, soit :
– ronde, côtelée, allongée et cerise/cocktail

Seules ces mentions sont obligatoires sur étiquettes et tickets.

On continue vers plus de précision avec ce que la loi appelle le segment, on préfèrera dire la famille (mention non obligatoire) :
– famille des cœurs, des grappes, des charnues, des zébrées, des latines, des cornues, des aumônières et des côtelées

Enfin et pour une identification parfaite pourra figurer le nom de la variété, dans la mesure où il est connu de façon sûre. C’est bien là où réside une bonne partie de l’intérêt de cette grille. Plus question d’appeler comme on le veut des fruits qui par leur forme ou leur couleur évoquent les prestigieuses, au hasard, Cœur de Bœuf.

Quelques exemples avec les noms que porteront ces belles tomates en forme de cœurs rouges ou orangées, que vous trouvez chez nous depuis de longues années :

Tomate allongée (nature et type commercial) type Cœur (la famille) et quand notre traçabilité sera suffisante pour le faire, la variété soit par exemple Cuore di bue, ou Gourmandia, ou Cauralina.

tomatesPour une grosse tomate avec des reflets noirs, verts et orangés, ce sera :

Tomate côtelée, type côtelée, Noire de Crimée (puisque toute notre offre provient de cette variété  population***)

Voilà pour la règle commune. Restent les spécificités qui sont celles de Satoriz et qui méritent qu’on s’y  attarde. Qu’est-ce donc mon brave ?

– Nous ne proposons pas dans le groupe des côtelées de fruits issus de la famille des aumônières qui sont des hybrides F1. Ce sont des variétés issues de ce segment qui sont souvent appelées à tort et à travers avec les noms des variétés dites anciennes. Pourquoi ? Parce qu’il nous semble que l’objectif de l’hybridation est ici plutôt orienté vers l’aspect, la productivité et les qualités de conservation que vers un plus gustatif marqué. Ce choix pourrait certainement être démenti mais il est le nôtre.

– Dans la famille des côtelées, des cœurs et des charnues, notre proposition est largement issue de variétés populations mais pas de façon exclusive car certaines variétés, de bonne qualité gustative, proviennent de semences au stade d’hybridation F1. Comme il nous est très difficile ainsi qu’à nos partenaires de gérer une traçabilité sans faille, nous appellerons donc :

Celles qui furent Marmande :
Tomate côtelée rouge

Celles connues comme Cornue des Andes :
tomate allongée cornue

Celles  perçues comme Green Zebra :
tomate ronde zébrée

Celles anciennement nommées Ananas :
tomate côtelée jaune

Merci à tous d’avoir suivi jusqu’à la fin ! Vous n’avez plus qu’à vous munir d’une fiole d’huile d’olive et d’un sachet de fleur de sel…

Alain Poulet

Pour vos questions complémentaires :
alain.poulet@satoriz.fr

 

* Les “fraudes”

** http://www.satoriz.fr/infos-produits/la-gazette-des-potagers-la-tomate

*** Une variété population est issue d’une semence qui a été stabilisée à travers une longue lignée de reproductions, où seules les semences conservant les caractéristiques des variétés de départ sont conservées. La semence est ainsi apte à être réutilisée sans surprise.