Melon et pastèque : On garde tout… ou presque !

Initialement publié en juillet 2020

 

Que faire des déchets de ces délicieuses cucurbitacées sucrées que l’on mange à profusion en été ? Leur peau et leurs graines permettent de réaliser des recettes qui sortent des sentiers battus, suivez-nous !

 

Avec une pastèque entière : un cubi !

Si vous souhaitez épater vos convives lors d’un barbecue ou d’un buffet estival, réalisez cette étonnante recette où la pastèque se transforme en contenant et base de cocktails ! Il vous faudra simplement trouver un petit robinet en bois (déniché en brocante ou récupéré sur un ancien vinaigrier).

Pour 6 à 10 personnes :
1 pastèque d’au-moins 25-30 cm de large, sucre, alcool blanc (gin, rhum, vodka), 1 petit robinet à vinaigrier, et 1 support rond pour plante ou 1 pot en terre (pour faire tenir la pastèque à la verticale).
1. Coupez une extrémité de la pastèque sur 8-10 cm avec un couteau bien affûté.

2. Creusez la chair avec une cuillère à soupe et mettez-la avec son jus dans un grand saladier. Mixez-la avec du sucre (entre 100 et 150 g pour 1 kg de chair).

3. Disposez une quinzaine de glaçons dans la pastèque creusée. Ajoutez la pulpe de pastèque mixée et l’alcool blanc (200 ml pour 1 kg de chair).

4. À l’aide d’un tournevis, creusez un trou vers le bas pour insérer le robinet. Faites ce trou assez petit au départ pour que le robinet adhère bien à la paroi de la pastèque.

5. Placez la pastèque sur le support sur la table et servez-vous !

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

 

Avec la peau d’une pastèque

La seule partie que vous allez jeter ou mettre au compost, c’est la peau vert foncé, dure et amère, à retirer avec un économe. On distingue alors de la chair vert clair et blanche qui est parfaitement comestible. Selon les variétés de pastèque, la peau est plus ou moins épaisse et tendre. Si elle est épaisse, vous obtiendrez pas mal de chair blanche, que l’on peut déguster crue, comme du concombre.

Avec une chair blanc-vert épaisse et juteuse

– Préparez cette chair blanc-vert en salade avec des herbes ciselées et une vinaigrette (2 c. à soupe de crème soja + 1 c. à soupe de vinaigre de cidre et 1  pincée de sel). Ou bien en mélange avec de la laitue, des cubes de pastèque fraîche et des billes de melon ; avec des tomates coupées en dés, des poivrons marinés, des aubergines grillées, des olives et des amandes.

– Concoctez une confiture. Détaillez la chair en petits cubes. Pesez-les et ajoutez le même poids de sucre blond, le zeste et le jus d’1 citron (pour 500 g de chair), et 200 ml de jus de pomme fermier (toujours pour 500 g de chair). Mélangez le tout et portez à ébullition jusqu’à 106 °C (seuil de gélification). Versez dans des pots bien propres, refermez et stockez dans un lieu frais.

Avec une chair blanche plus fine

Si la chair est très fine, il conviendra de l’émincer finement et de la saler légèrement afin de l’attendrir.

 

Pickles lactofermentés

1. Coupez la chair blanche en bâtonnets de 10 cm de long et 7-8 mm de largeur. Disposez-les dans un saladier.

2. Pesez-les. Ajoutez 3 % de leur poids en sel. Par exemple, si vous avez 400 g de peau, comptez 12 g de sel (= 400 x 0,03). Ajoutez si vous le souhaitez du poivron jaune ou des carottes. Mélangez le tout avec le sel et laissez reposer 1h.

3. Disposez les bâtonnets de pastèque et de poivron avec le jus dans un bocal pourvu d’un joint en caoutchouc (plutôt qu’un bocal à vis dont le couvercle en métal aura tendance à s’oxyder et à produire de la rouille à cause de l’acide lactique). Tassez bien la chair avec votre main pour que les légumes remplissent le bocal à 80 %. Placez deux pics en bois de manière à maintenir les bâtonnets sous le jus. Ajoutez si besoin un soupçon d’eau (filtrée) afin de les immerger complètement
(laissez 2 cm en haut). Fermez.

4. Laissez fermenter à température ambiante pendant 3 jours (sans ouvrir le bocal, l’environnement anaérobie – sans oxygène – permettant le développement nécessaire des bactéries lactiques). Puis placez 2 à 3 semaines au réfrigérateur avant de déguster.

5. Cette conserve naturellement acidulée se consomme comme des pickles, dans une salade, avec du fromage, des grillades…

Avec la chair farineuse ou sans goût d’un melon ou d’une pastèque

Une chair farineuse signifie que le fruit a manqué d’eau ou de soleil, pas qu’il n’est plus comestible. Il serait dommage de le jeter ! Transformez-le donc en smoothie avec un peu de sucre ou une banane. Cette pulpe améliorée peut également être transformée en sorbet ou cuite en compote. Pour une version sans sucre, réveillez cette chair tristounette dans un gaspacho (environ 150 g de chair mixée avec 3 belles tomates anciennes, 1 poivron rouge, 1 gousse d’ail, un morceau de pain dur et du sel de céleri).
Avec des graines de pastèque

Même en bio, les pastèques contiennent de moins en moins de graines. Ces variétés dites seedless sont surtout cultivées en Espagne pour satisfaire certains consommateurs… Si vous tombez sur une variété avec graines, notez que ces dernières sont comestibles, peuvent se faire sécher puis griller à la poêle et être salées comme on le ferait avec des graines de courge. Un conseil cependant : mâchez-les bien ou broyez-les au mortier, sinon elles ressortiront intactes de vos intestins !

Les graines de melon peuvent également être grillées, mais leur peau reste coriace et leur péricarpe piquant au bout. Au mieux, mixez-les mais sachez que leur saveur n’est pas forcément extraordinaire.

 

Avec la peau et les graines d’un melon

Pétillant naturel à la peau de melon

Pour 1 bocal d’1,5L : la peau d’1 melon entier et ses graines (avec la chair autour), 1,25L d’eau filtrée non chlorée, 3 rondelles de citron, 3 c. à soupe de sucre blond (50 g).

1. Lavez la peau du melon à l’eau courante en le brossant légèrement mais pas trop (il doit subsister des levures sauvages qui permettront une bonne fermentation).

2. Coupez-la en petits morceaux. Disposez-la dans le bocal avec les graines.

3. Versez l’eau dessus et ajoutez les rondelles de citron et le sucre.

4. Refermez le bocal. Laissez reposer de 2 à 4 jours jusqu’à ce que les morceaux de melon remontent et pétillent à la surface.
5. Filtrez, mettez en bouteille, vissez et laissez reposer encore 1 jour à température ambiante (pour rendre le mélange encore plus pétillant).

6. Placez au frais au moins 4h avant de déguster. Cette “melonade” fermentée se garde plusieurs jours au réfrigérateur.

Retrouvez
d’autres idées et recettes sur
cuisine-campagne.com
et Instagram @lindalouisberry