Le Rapadura

Initialement publié en septembre 1999

Article paru dans SAT’Info n° 32 du 09/1999

rapadura“Penser en homme d’action, agir en homme de pensée”. Plus intelligent que ça, tu meurs. C’est de Bergson, qui n’était pas cycliste, mais philosophe. Vous ne l’avez pas lu ? Rassurez-vous, nous non plus… “Penser globalement, agir localement”, c’est la devise de Rapunzel, et c’est pas mal non plus. D’autant que c’est suivi d’actes, ce qui nous renvoit à notre premier aphorisme ! Et la boucle est bouclée. ouf… Tout cela pour vous dire que Rapunzel est une société qui pense et agit, notamment par le biais de son programme “Main dans la main”, en établissant des rapports justes et amicaux avec ses fournisseurs du tiers monde. Cela concerne entre autre le cacao, le café et le sucre, qui nous préoccupe aujourd’hui. Le “programme main dans la main” sera l’objet d’un numéro spécial de Sat’info en décembre. Le sucre de canne devrait être un excellent aliment. Le problème, c’est que la poudre blanche qui est vendue partout est la pire saloperie qui soit. Comment faire la part des choses ?

Essayons de voir en détail ce qui est proposé au consommateur.

Le sucre blanc : c’est un sucre extrêmement raffiné, qui est pratiquement du saccharose pur. Donc de qualité, vous dirons certains. C’est bien entendu exactement le contraire, car notre organisme n’est pas fait pour ingérer une telle substance.

Ce que peu de gens savent, c’est que sa consommation est déminéralisante, et donc à l’origine des caries. Caries qui ne sont pas dues qu’à des attaques externes, comme on essaye de nous le faire croire. Le brossage des dents ne suffit pas, il faut proscrire ce produit, par ailleurs responsable d’artériosclérose, de diabète et de l’ “obésification” de la planète.
Les commerciaux de l’industrie du sucre blanc (pour ne pas les nommer) seraient-ils les pires dealers du monde ?
En prison, ne nous amenez pas de bonbons. Nous aurons besoin de nos dents pour limer les barreaux…

– Le sucre roux contient lui des sels minéraux et vitamines qui le rendent acceptable par l’organisme. Mais il en a quand même perdu une bonne partie lors d’un premier raffinage, et surtout lorqu’on le sépare d’une substance noire et odorante, la mélasse. Il peut être consommé s’il est bio et de qualité, mais méfiez-vous : celui qui est vendu en grande surface n’est rien d’autre que du sucre blanc coloré pour faire plus vrai, pour essayer de plaire a quelques consommateurs informés, considérés par eux comme des emmerdeurs toujours plus exigeants et qui, de plus, se préoccupent de leur santé… Tromperie.

– La mélasse n’est pas dénuée d’intérêt, mais d’une utilisation difficile, à cause de son goût prononcé. Elle est également incomplète, puisqu’il lui manque… le sucre roux ! La mélasse est utilisée par certains en cuisine, mais son débouché principal est la fabrication du rhum et les aliments pour bétail.

– Le muscovado est excellent, mais il a subit un filtrage et une concentration sous vide. De plus, il est souvent pâteux, humide et son utilisation est restreinte.

– Le sucre idéal serait donc un simple jus de canne séché et réduit en poudre. Miracle, il existe ! C’est le sucre complet. Il y en a plusieurs marques, et celui que nous vous proposons est excellent : le rapadura. Il nous vient du Brésil, son goût est très plaisant, sa texture granuleuse et sèche, et non content de ne pas être nuisible à la santé, il lui est même favorable !

Rapadura-Canne-a-sucre

La canne à sucre est récoltée à la main à l’aide d’une machette.

Les cannes à sucre sont nettoyées et coupées en morceaux, puis le jus en est extrait par plusieurs pressages successifs.

Rapadura-Femme

Le jus est réduit en sirop. Ici, l’écumage pendant la cuisson.

 

Rapadura-pate

Il ne restera qu’à le refroidir, le faire sécher, le moudre et le tamiser.

Certaines études montrent notamment qu’il protège des caries.
Pour en savoir plus, vous pouvez lire l’excellent livre du Docteur Max-Henri Beguin (sic !) : “Aliments naturels, dents saines”. Difficile à trouver, il peut être commandé chez Rapunzel.

JM

Lire notre entretien avec Félix-Ami Béguin

Lire aussi notre petit résumé sur ce que l’on trouve sous le nom de sucre