La germination, c’est la vie !

Initialement publié en mai 2018

 

Les graines germées… Avec leurs tiges en bataille et leurs airs de feux-follets, elles sont tellement iconiques de l’assiette bio-grano-baba-cool que certains les snobent, pensant qu’elles ne jouent pas dans leur catégorie. A tort, puisqu’on vous le dit : les graines germées, c’est la vie !
Voyez plutôt.

 

Au commencement, il y a une petite graine.
Elle dort.
Telle la Belle au bois dormant, elle peut rester comme ça pendant des années, sans moufter.
Pour la faire sortir de sa léthargie, le baiser du Prince Charmant ne lui sera d’absolument aucune utilité : il lui faut de l’eau et de la chaleur, aussi douces l’une que l’autre.
Le processus de germination se déclenche alors et l’embryon de vie contenu dans la petite graine commence à se développer.
Le feu d’artifice qui s’ensuit est des plus incroyables : la princesse-graine ouvre grand ses chakras et se trouve en quelques instants au top de sa vitalité, sa concentration en vitamines et minéraux la plus élevée possible.
C’est alors qu’intervient la Reine de neiges.
Pas de bol !
Hop, frigo.
La petite graine-princesse est désormais figée dans le froid, au top de sa beauté et de sa biodisponibilité, prête à être… dévorée.
Triste et funeste destin.
Sauf pour celui qui ouvre le frigo, prêt à faire le plein de vitalité !

 

La morale de l’histoire ?

Toutes les graines sont vivantes. Elles contiennent un potentiel extraordinaire que seule la bonne fée germination peut révéler, dans un phénomène des plus spectaculaires et des plus naturels qui soient… Lorsque vous consommez des graines germées fraîches, elles sont au maximum de leur teneur en nutriments : jusqu’à 5 ou 10 fois plus qu’en version lambda !

Bonne nouvelle : pour faire entrer la magie chez vous, nul besoin d’oreilles de Mickey ni de licorne arc-en-ciel… Il suffit de vous y mettre en suivant le mode d’emploi. Ou, en mode snob assumé, d’acheter les graines germées fraîches, en barquette, parce qu’elles auront germé dans des conditions plus que magiques – parfaites.

Choisissez, mangez, profitez !

La germination à la maison

Faire, c’est comprendre.
Faire germer des graines chez soi permet de les consommer dès la récolte, au meilleur moment possible.
Aussi simple que convaincant !

Pour cela, il convient de :

  • Choisir des graines à germer possédant un taux de germination et une qualité sanitaire au top – c’est le cas de celles que propose Germline
  • S’équiper d’un petit germoir domestique
  • Eviter de mettre trop de graines, pour ne pas les étouffer. Une cuillerée à soupe suffit pour obtenir un plein bocal de graines germées !
  • Réunir les bonnes conditions d’hygrométrie : chaleur et humidité. Il faut laisser le germoir dans une pièce tempérée (idéalement à 20-22 °C), quitte à arroser un peu plus l’été et un peu moins l’hiver. Quand il fait plus chaud, les graines poussent plus vite. On peut les humidifier jusqu’à quatre fois par jour en plein été. Mais s’il fait trop chaud, les graines peuvent fermenter : elles sont alors bonnes à jeter !
  • Respecter des conditions d’hygiène irréprochables. Des mains et des contenants propres, et un petit rinçage des graines germées à l’eau vinaigrée avant dégustation.
  • Laisser le temps au temps… Le temps de germination de chaque graine est différent et indiqué sur l’emballage.

 

 

Bon à savoir :

– Les graines mucilagineuses, telles que cresson, roquette, basilic ou chia, ne peuvent pas se développer dans un germoir traditionnel car elles baignent rapidement dans une substance gélatineuse difficile à contrôler. Il faudra avoir recours à une coupelle de germination.

– Les graines produites à la maison sont généralement plus petites que celles vendues en barquette, car la culture de ces dernières est optimisée chez le fabriquant-spécialiste. Là-bas l’atmosphère est humide et tiède, avec beaucoup de vapeur d’eau. Difficile à reproduire à la maison, sauf à être propriétaire d’un hammam !

– Il existe un moment précis pour consommer la graine et engranger le maximum de ce qu’elle peut nous apporter : tout juste germée, avec une pousse de quelques centimètres. Passé ce stade, la plante va puiser dans cette réserve de nutriments pour se développer. Il importe donc de respecter le temps de germination indiqué sur le paquet.

– Ne pas mélanger les graines, sauf si leur temps de germination est identique.

 

Les graines germées, c’est bon pour ce qu’on a !

Nutrition

Radis, cresson, avoine, tournesol, fenouil : les graines germées ont la saveur et le tempérament de la plante à laquelle elles correspondent. Leurs vertus sont identiques, mais en version concentrée : détox du foie pour le radis noir, antioxydante pour l’alfalfa, digestive pour le fenouil… Et leurs goûts coïncident également : terre pour la betterave, piquant pour le poireau, subtile pour le fenugrec, frais et simple pour les pousses de tournesol, que l’on consomme comme une mini salade.

Quantité

Manger énormément de graines germées permet-il de devenir un super héros en pleine santé ? Pas vraiment, non… Rien ne sert de se survitaminer, au risque de fatiguer ses reins. On conseille de consommer jusqu’à 30-40 grammes de graines germées par jour (ou un peu plus s’il s’agit de céréales).

Digestion

Les graines germées sont un aliment vivant hautement digestible, riche en nutriments et en enzymes. Les enzymes sont des protéines qui favorisent la transformation et l’assimilation des aliments. Elles dégradent les chaînes longues de glucides, de protéines ou de matières grasses et les transforment en microparticules capables de franchir la barrière de l’intestin grêle et ainsi d’être assimilées. Au passage, les sucres lents deviennent des sucres rapides et prennent une saveur douce. Les protéines se séparent quant à elles en acides aminés, dont la digestibilité est optimale. C’est pour cette raison que les légumineuses sont mieux tolérées par les intestins sensibles lorsqu’elles sont germées.

Energie

Les céréales germées sont prédigérées par la présence des enzymes. Elles contiennent donc à la fois plus de nutriments qu’une céréale classique et mobilisent moins d’énergie pendant leur digestion. Ce qui explique que les flocons de céréales germées soient plus digestes que les flocons traditionnels. Beaucoup de personnes sensibles au gluten disent également assimiler plus facilement les céréales germées.

Cuisson

Même si l’on doit procéder à une cuisson, par exemple dans le cas de céréales ou de légumineuses, il est primordial de mettre d’abord en œuvre une pré-germination. Les céréales complètes et les légumineuses contiennent en effet de l’acide phytique, un inhibiteur de constituants nutritionnels qui limite l’assimilation des nutriments. La germination, outre le fait qu’elle favorise la digestion, diminue considérablement la quantité d’acide phytique présent dans les graines. C’est pourquoi il est conseillé de les faire tremper pendant plusieurs heures (jusqu’à 48h pour les pois chiches par exemple) et de les rincer avant cuisson.

Activation

Lorsque l’on se contente de tremper des graines sans les faire cuire ni germer, on parle d’activation. Faire tremper les amandes, les graines de tournesol ou les noix de cajou est une très bonne idée : ce trempage les rend plus digestes et plus assimilables.

 

Nouveautés : les Wok Mix

Prêts à cuisiner, ces mélanges peuvent se consommer crus ou bien sautés quelques minutes au wok. Leur ingrédient star sont les mini-pousses de haricot mungo, très estimées en Asie pour leur valeur nutritive et leurs vertus fortifiantes.

Deux versions :
– WOK MIX : mini pousses de haricot Mungo + pois chiche germé + poireau germé
– GREEN WOK MIX : mini pousses de haricot Mungo + pois vert germé + lentille germée

CC