La Gazette des potagers – Faiseurs de pommes !

Initialement publié en janvier 2012

gazette-potagers

La méthode biodynamique

coteauxPratiquée par l’écolo en Birkenstock comme par la jardinière mystique ou même le réputé château bordelais, approuvée de tous. La nature du bio, on connaît par cœur ou presque, mais la dynamisation ? Quand il ne s’agit pas de touiller une mixture ou d’encourager sa troupe, c’est quoi ? Nous allons nous risquer à en illustrer une facette en convoquant certes constellations et fleurs, poudre de silice et bouse de vache mais aussi des hommes, et l’alchimie subtile qui leur permet de réinventer humblement ce qu’ils ont appris.

Dans notre cas, il s’agit en fait d’une conjonction, celle de trois hommes qui finissent par se trouver pour fondre leurs talents respectifs en quelque chose d’unique. Un peu comme un alignement planétaire qui favoriserait la réussite d’une entreprise, pour rester poétiquement en bio-dynamie.

Premier des laAGE_1010033178.jpgscars, appelons-le Benoît. Un réacteur en pleine puissance comprimé dans une carcasse de géant et fort d’une expérience multiple et reconnue de gestionnaire comme de dirigeant d’entreprise. Benoît est un créateur, il s’applique à imaginer de belles machines bien huilées, qui fonctionnent et qui prospèrent. Par exemple, reprendre un grand verger de la région nantaise sainement et biologiquement mené mais qui peine à vraiment porter ses fruits. Fi du risque, il faut alors investir et surtout s’entourer des meilleurs dans chaque domaine. Et quand ils sont là, leur accorder la confiance et les coudées bien franches indispensables pour qu’ils le restent. S’agit-il de trouver une parade en cas de sécheresse dans les vergers, on construit un large bassin de rétention (en forme de 8 bien sûr, toujours le mouvement) qui collectera les eaux de drainage ; de très belles terres se libèrent-elles dans un endroit privilégié ? Achetons-les pour en faire un lieu particulier, siège d’un futur grand projet. Benoît est un chef d’orchestre, il s’applique à fournir à chacun de ses coéquipiers les moyens dont il a besoin pour le plein exercice de son talent.

micheldelhommeauParlons de Michel, notre deuxième homme, chef de culture et grand coordinateur de la ruche, accessoirement père d’un vinaigre que vous adorez et aussi, dixit son épouse, amant de la mère, qu’il ne quitte jamais vraiment (vous suivez ?). Michel était là au début, son père avant lui. Il est le lien entre les vergers et la production, avec dans ses poches une solution pour chaque problème : toute son énergie est tendue vers un objectif (le mot est faible), voir la machine tourner sans relâche. Les outils, les arbres, les nuages de grêle, les gens, les emm…ents, c’est pour lui ! Un pallox brut rentre à gauche, de beaux plateaux sortent à droite : mission accomplie !

robertdugastIl nous manquait l’agronome, le savant et intarissable Robert qui parle de pommes à tout un chacun avec l’engouement premier de la découverte. Robert est passé maître dans la pratique de la bio-dynamie arboricole et il est reconnu en tant que tel. Peu orthodoxe, notre ami n’aime rien tant qu’expérimenter par lui-même ce qu’il a lu dans une méthode, un cours ou même… une bible. Le mouvement toujours, essayer, se tromper, revenir en arrière et parfois accoucher dans sa pouponnière d’une nouvelle variété au goût unique. La patronne (certains l’appellent Dame Nature) observe tout ça de son trône altier, rigole bien des plantages (non mais, p’tit c… !)  mais s’attendrit de ce garnement qui lui rappelle sa jeunesse, quand tout restait à créer.

Et c’est ainsi que Benoît Van Ossel, Michel Delhommeau et Robert Dugast, entouré de Jérôme, d’Emmmanuelle, d’Anne-Lise, de Damien et de Sabine, de toute une équipe de cueilleurs, calibreurs, techniciens et vendeurs font des Vergers des Côteaux Nantais une histoire à part, subtilement dynamisée par chacun.

groupecoteaux

Alain Poulet