La gazette des potagers – Ceux qui sèment pour vous

Initialement publié en SAT'info n°113, 01/ 2011

gazette-potagers
La ferme des livres d’enfants, la même hier qu’aujourd’hui ! On y trouve toujours une fermière rieuse aux joues pleines, partant d’un bon pied cueillir au potager salades et carottes, passant devant l’écurie où un brave percheron la salue en balançant du chef, manquant d’être renversée par Médor qui poursuit des poules affolées… Martine à la ferme…

semeurs4À coup sûr, cette belle représentation qui a traversé les âges et enchanté nos imaginaires ne pourrait qu’être bio! À quel autre endroit trouverait-on un cheval (j’entends qui bosse!), des poules ET des cochons au même endroit, un lopin par-ci, un verger par là et notre fermier en chef d’orchestre?

Il faut bien sortir du rêve : l’agriculture vivrière (c’est son nom savant) n’existe plus dans nos contrées depuis belle lurette et nos amis maraîchers et arboriculteurs bio ont dû mettre en place des organisations capables de fournir, entre autres, une demande telle que la nôtre. Exit la ferme de Martine et bonjour les agrobiologistes !

Dans ce petit monde heureusement encore peu formaté, certains ont choisi de servir leur proche entourage en restant à une échelle leur permettant de tout assumer par eux-mêmes. D’autres, ceux dont nous parlerons, ont pris le parti de produire plus, pour vous, qui n’habitez pas en Ariège, là où le bio est sur le pas des portes. Nous avons affaire, pour simplifier, à deux grandes formes d’exploitations.

semeurs3

“Commerce de gros”… Faut pas exagérer !

-Les premières et plus importantes d’entre elles forment l’ossature de nos mercuriales et se sont tournées quasi exclusivement vers les marchés de gros et de demi-gros, abandonnant par là et non sans un pincement, la commercialisation finale de leur production aux détaillants que nous sommes. Approvisionner ces marchés implique des surfaces importantes, qui restent cependant parcourables à pied sans ravitaillement. Elles se situent le plus souvent dans de larges zones de production dotées d’infrastructures de commercialisation conséquentes : le bassin méditerranéen, la Bretagne et la Normandie ainsi que le Languedoc. Ce son

t ces fermes qui assurent la régularité, le volume, la qualité sur les grandes familles de légumes et de fruits : crucifères, légumes ratatouille, salades, fruits à noyaux, légumes racines, pommes, etc… Vous y croiserez souvent le technicien qui vient porter ses précieux conseils sur un apport organique à faire sans tarder, mesurer un taux de sucre pour déterminer une date de cueillette, prévenir une « faim » d’azote… Le lien avec le grossiste est ici très étroit : il faut répondre présent à une demande rarement linéaire : les programmations de culture y sont fréquentes. Chacun compte sur le professionnalisme de l’autre pour fournir ou commercialiser.

semeurs2

Des vaches, pour les meilleurs noix

-D’autres partenaires partagent l’écoulement de leur production entre vente à la ferme, confection de paniers pour une association, marchés et… notre plate-forme.

Pour eux, la régularité d’un débouché sûr, moins valorisé certes mais libéré de l’épuisante bien que passionnante tâche commerciale; pour nous et pour vous la “traçabilité”, mot barbare pour définir tout simplement le lien de fidélité et d’engagement qui nous “pacse” et vous permet de trouver parfois une variété de fruits rares ou nous évite une rupture généralisée. Ainsi Francis nous amène-t-il les noix des vergers broutés par ses vaches. Stéphane qui réussit bien
le navet, en fait quelques tonnes pour nous; Christian et Joël nous proposent leurs oignons et échalotes plusieurs mois durant. On se retrouve chaque année à un moment donné sur une qualité ou un fruit que vous attendez (aah! le Muscat du Ventoux). Ce sont parfois eux également qui, par leur proximité avec un de nos magasins, vous feront bénéficierde la fraîcheur d’une production locale qui n’aura pas voyagé.

semeurs

Joël et sa joyeuse équipe

La qualité « jardin » reste-t-elle au rendez-vous lorsque l’on produit des palettes plutôt que des cagettes ? Il serait présomptueux de le garantir invariablement mais on peut affirmer de façon sereine que l’attention portée aux cultures, la technicité mise en œuvre et le souci du résultat sont indéniables chez ces grands jardiniers. Il semble que vous ne le contredisiez pas de votre côté !

Alain Poulet