Cake aux fruits secs, müesli et biscuits boulangers : les saveurs de la Boulangerie Savoyarde

Initialement publié en mars 2018

“Les véritables aliments échappent aux modes” : ainsi parlait Sat’info il y a déjà de nombreuses années en présentant les spécialités de la Boulangerie Savoyarde que sont biscuits, cake aux fruits secs et müesli. Des produits à la portée de tous dont la recette demeure inchangée depuis qu’elle a été mise au point, quelque part vers la fin des années 1970.

La Boulangerie Savoyarde est nichée au coeur des montagnes des Bauges et on y confectionne chaque jour un véritable pain au levain, cuit au feu de bois et habité de l’âme des lieux. Une âme, une histoire, un repère pour nombre de clients et employés de Satoriz heureux de retrouver, dix, vingt ou trente ans après, toujours le même pain, les mêmes biscuits, les mêmes saveurs liées à des souvenirs de quatre-heures gourmands et de randonnées ensoleillées…

Les biscuits boulangers

Les biscuits des Bauges sont le contraire des biscuits standards !

Ils se situent quelque part entre le pain et le biscuit…

Leur conservation est excellente, leur composition simplissime : de la farine bise, de l’eau, de l’huile de tournesol, un peu de sirop de blé, mais pas de poudre levante. Ceux qui ont créé ces recettes, inspirés par le mouvement macrobiotique de l’époque, les ont voulues ainsi : sans sucre de canne, sans levure, sans conservateurs, mais riches de saveurs, généreux, volontairement gros. On les appelle “pavés” (raisins-anis et raisins-coco), “carrés” (miel et essence d’orange) ou “longuets” (aux graines de sésame – beaucoup de graines de sésame !) et on se doit de les déguster en prenant son temps. C’est fait pour : il y a de quoi mâcher, là-dedans !

Inventés par les uns, perpétués par les autres, ces biscuits sont aujourd’hui confectionnés par une vraie boulangère, garante du savoir-faire indispensable à leur fabrication. Elodie mélange, pétrit longuement, lamine puis découpe la pâte avant de disposer les futurs biscuits sur une plaque de cuisson et de les faire profiter de la chaleur douce du feu de bois.

Quelques heures plus tard, on les retrouvera vendus au poids dans les bacs du rayon vrac de Satoriz, où chacun d’entre nous effectuera en son âme et conscience la sélection qui s’impose : un de chaque ou toujours le même, ainsi soit-il et respect !

 

 

 

Le cake aux fruits secs

Dans le genre emblématique, le cake aux fruits secs de la Boulangerie Savoyarde se pose là. Là voyez, juste là : sur le comptoir où l’on coupe le pain, en un long et vaillant format de 2,5 kg que chacun fait trancher à sa guise avant de rapporter au foyer la précieuse portion. Ou de la grignoter dès la sortie du magasin !

De la farine bise, des oeufs, du miel, de l’huile de tournesol et de la levure : la pâte du cake est d’une simplicité biblique et sa garniture n’a pas changé d’un iota depuis sa création. Si les modes ont vu passer et repartir dans d’autres pains les graines de courge, les noix de cajou et autres baies de Goji, ce cake, lui, est demeuré immuable : raisins secs, amandes et noisettes, un point, c’est tout. Et gageons que tout changement serait lourdement sanctionné par tous les randonneurs qui s’arrêtent à la Boulangerie tout exprès pour lui avant de s’en aller grimper les sentiers fleuris des Bauges ! Tout terrain, longue conservation, c’est le cake du goûter et de tous les petits déjeuners, avec ou sans prétexte de randonnée…

 

Le müesli

Pas davantage besoin de prétexte pour qu’Elodie la boulangère confectionne du müesli. Le four à pain a carburé toute la journée et la chaleur qui résulte des multiples fournées est idéale pour toaster des fruits secs et des flocons de céréales… Il serait bien dommage de s’en priver !

Le müesli est un mélange de flocons de céréales et de fruits secs inventé en Suisse il y a plus de cent ans et dont la recette originale a depuis été mondialement et vastement adaptée, améliorée, dévoyée… Celui de la Boulangerie Savoyarde doit sa légitimité à un savoir-faire, des ingrédients et une cuisson au feu de bois parfaitement maitrisée. La recette fut élaborée dans les murs par Jacques Mittler en personne, grand instigateur du mouvement bio de l’époque.

Les flocons de céréales, les amandes, les noisettes, les raisins et la farine de châtaigne sont toastés individuellement sur de grandes plaques et ensuite mélangés à la main dans un grand pétrin. Aucune matière grasse, pas de sucre ajouté : la douceur des céréales, de la châtaigne et des fruits secs fait à elle seule le travail sur les papilles, dans une vérité et une simplicité des plus reposantes.

CC

Le site internet de la Boulangerie Savoyarde