Cuisiner poudres magiques et bocaux gourmands

 

… en attendant le printemps !

 

Fin de l’hiver, prémisses du printemps : période charnière et délicate, qui résonne dans nos casseroles avec un bon gros ras-le-bol (des poireaux, des choux et des patates) et une impatience non dissimulée à l’évocation de l’arrivée future des jeunes légumes de printemps et des promesses des beaux jours, gorgées d’eau et de soleil. En attendant, le cuisiner bio-local-écolo est bien contraint de faire avec ce qu’il a sous la main et de continuer à rabâcher ses légumes et ses fruits d’hiver pour encore quelque temps.

Comment apporter un peu de magie dans ce quotidien-là ? Facile, à nous les poudres magiques et autres bocaux gourmands ! Non seulement ils nous simplifient le quotidien (on les prépare quand on a du temps, on les utilise… tout le temps), mais ils apportent de surcroit les couleurs et la fantaisie nécessaires en cette période de l’année. Cette fin d’hiver est en réalité pleine de richesses que nous allons dûment exploiter !

Poudres magiques

Transformer des ingrédients en mélanges à saupoudrer est une tradition que nous nous sommes déjà en partie appropriée. Ainsi en va-t-il du gomasio, mélange de sel et de sésame toasté d’origine japonaise, que nous avons pris le réflexe de saupoudrer sur nos salades ou nos céréales en remplacement du sel.

Au Japon, on compose d’autres condiments en pailettes appelés « furikaké », à base d’algues, de champignons et autres légumes séchés, de sésame et de toutes sortes d’épices qui agrémentent notamment le riz, portion centrale du repas. Faisons comme eux, avec cette recette.

Au Moyen-Orient, on prépare la Dukkah, délicieux mélange de graines, de noix et d’épices torréfiées et broyées. On la consomme traditionnellement en trempant du pain dans de l’huile, puis dans la Dukkah, mais elle est également délicieuse saupoudrée sur du yaourt, des compotes, du houmous ou des tartes salées (avant de les enfourner). Une recette vous attend ici.

En Inde, il existe également une pratique courante autour des graines bienfaitrices que l’on mâche à la fin du repas pour faciliter la digestion : c’est le Pan Masala, mélange de graines de fenouil, coriandre, cumin, cardamome et gingembre. De nombreuses préparations digestives recommandées en Ayurvéda en contiennent aussi. De récentes recherches scientifiques tendent à prouver que leur usage améliore la qualité de la digestion et renforce le feu digestif. Mettez donc ce secret en bocal avec une recette enrichie en Oméga-3, comme ici, que vous compléterez avec les graines et épices de votre choix.

Sur votre lancée, libérez-vous des traditions et créez toutes sortes de petites poudres à base de graines et d’épices à saupoudrer dans les salades et les yaourts. Les graines de lin et de chia broyées font d’excellents supports (facilitatrices d’une bonne digestion), mais souvenez-vous qu’elles rancissent au bout de quelques jours. Préparez de petites quantités et conservez vos poudres au réfrigérateur.

 

Bocaux gourmands

Vous voilà avec une jolie série de petits pots remplis de poudres magiques. Remplissons de plus grands bocaux, maintenant ! Mars nous offre encore le meilleur du citron italien, le Rocca Imperiale, que vous pouvez transformer en citrons confits au sel, délicieux émincés avec à peu près tout ce que la nature a à offrir. Si vous cherchez une option « lemon curd » à tartiner, rendez-vous ici.

Autre condiment de choix : Ethapazham Achar (à vos souhaits), un chutney express et lactofermenté à base de dattes, aussi original qu’addictif. Et puisque vous en êtes à sublimer les fruits secs, pourquoi ne pas vous lancer dans des purées d’oléagineux maison ? A condition de disposer d’un vrai bon blender, c’est tout à fait faisable et cela a le mérite qu’on y met tout ce qu’on aime : amandes,coco et épices chaï pour l’auteur de ces lignes…

Trop pressé pour préparer des condiments et songer ensuite à les utiliser ? Les bocaux « prêts à cuisiner » sont pour vous. Un jour où quelques minutes s’offrent divinement à vous, vous les remplissez de couches successives d’ingrédients secs, et vous mettez ainsi de côté de futures pâtes à crackers ou à crumble, ou encore une base pour le porridge du matin, auxquelles il ne reste plus qu’à ajouter des ingrédients frais ou liquides pour gagner du temps par la suite.

Le temps de préparer et de déguster tout cela, vous avez remarqué ? Le printemps est là !

Clea